Partenariats éditoriaux solidaires

Présentation

Les coéditions solidaires et les traductions facilitent la circulation des contenus et les échanges d’idées. Les coéditions solidaires permettent de mutualiser les tâches et les coûts d’édition et d’impression, et ce faisant, de proposer des livres à prix juste à des publics plus larges. Les partenariats éditoriaux solidaires structurent ainsi sur le moyen terme le marché du livre : diffusion des textes sur des territoires souvent inaccessibles, renforcement des capacités professionnelles, développement des catalogues, échanges professionnels et commerciaux équitables entre le Nord et Sud, échanges et partenariats innovants entre les pays du Sud. Les éditeurs indépendants partagent ici leurs expériences et incitent les pouvoirs publics à accompagner et soutenir les partenariats éditoriaux solidaires.

Boîte à outils

« Le livre équitable »

Le label « Le livre équitable » est attribué par l’Alliance internationale des éditeurs indépendants à des ouvrages publiés dans le cadre d’accords éditoriaux internationaux respectueux des spécificités de chacun : les coéditions solidaires. Ces coéditions solidaires permettent de mutualiser les coûts liés à la réalisation intellectuelle et physique d’un livre et faire ainsi des économies d’échelle ; d’échanger des savoir-faire professionnels et une expérience commune, tout en respectant le contexte culturel et l’identité des éditeurs ; de diffuser plus largement les ouvrages en ajustant les prix pour chaque zone géographique ou en uniformisant les prix sur une même zone de commercialisation. Le label « Le livre équitable » symbolise cette solidarité entre éditeurs – solidarité qui mobilise aussi indirectement les lecteurs : c’est parce qu’un ouvrage est vendu 20 euros en France qu’il pourra être acheté moitié moins cher en Afrique de l’Ouest par exemple.

Partager l'article

Appel aux auteurs, aux éditeurs et aux institutions francophones, mars 2007

La littérature africaine de langue française est aujourd’hui mieux représentée et mieux connue en Europe qu’en Afrique, où sa diffusion reste entravée par de nombreux obstacles. Pourtant, des solutions existent, qui nécessitent la mobilisation des différents acteurs de la chaîne du livre. La coédition, qui repose sur un accord commercial solidaire, en est une. La publication de L’Ombre d’Imana de Véronique Tadjo, exemple pionnier de coédition panafricaine, prouve que l’on peut, en se solidarisant, créer les conditions nécessaires à une (ré)appropriation par l’Afrique de sa littérature. Afin que cela soit possible, l’Alliance lance un appel à tous, auteurs, éditeurs et institutions, pour renforcer et promouvoir la bibliodiversité au cœur de l’espace francophone. Cet appel a été signé par de nombreux auteurs et professionnels de la chaîne du livre.

Partager l'article

{#ENV{titre},#SELF,sujet}