à ranger

Assises internationales de l’édition indépendante

Pourquoi des Assises internationales de l’édition indépendante ?

« Dans un moment de transformations profondes, nous voulons nous réunir pour interroger nos pratiques, pour écouter d’autres agitateurs d’idées et intégrer de jeunes générations d’éditeurs partageant nos préoccupations. Considérant entre autres deux nouvelles donnes – l’émergence de nouveaux acteurs du numérique et la crise financière globale, nous souhaitons questionner notre rôle et réaffirmer les enjeux de la bibliodiversité.

C’est pourquoi, nous décidons de tenir les Assises internationales de l’édition indépendante qui se déclineront en une série d’ateliers préparatoires et thématiques menés en 2013, clôturée par une Assemblée des alliés (rencontre générale) en 2014. L’ensemble de ce processus aboutira à l’élaboration de :

• propositions et recommandations en faveur de la bibliodiversité à destination des pouvoirs publics ;

• pratiques coopératives et novatrices entre éditeurs indépendants, basées sur des principes équitables ;

• nouvelles formes de partenariats avec les autres professionnels de la chaîne du livre et de l’écrit se reconnaissant dans la bibliodiversité.

Réunissant plus de 100 éditeurs indépendants des cinq continents, les Assises internationales de l’édition indépendante sont une rencontre professionnelle, interculturelle et interlinguistique unique. Professionnels, pouvoirs publics, institutions et acteurs de la société civile, nous vous invitons à nous rejoindre pour faire vivre et renforcer ensemble la bibliodiversité. »

Paris, le 26 octobre 2012

par le Comité international des éditeurs indépendants :
Nouri ABID (Med Ali éditions, Tunisie),
Serge DONTCHUENG KOUAM (Presses universitaires d’Afrique, Cameroun),
Susan HAWTHORNE (Spinifex Press, Australie),
Hamid MEDHIPOUR (Forough Verlag, Allemagne),
Araken RIBEIRO GOMES (éditions Contra Capa, Brésil),
Juan Carlos SÁEZ (JC Sáez Editor, Chili)

Partager l'article

Les Assises, mode d’emploi

Tout au long de l’année 2013, des éditeurs indépendants se réunissent en Amérique latine, en Afrique, en Europe, dans le cadre d’ateliers préparatoires et thématiques. La rencontre générale en 2014, au Cap (Afrique du Sud) clôturera ce processus. Ces ateliers ont un triple enjeu : développer et mutualiser des pratiques coopératives et novatrices de travail entre éditeurs indépendants ; renforcer durablement les compétences professionnelles et les liens humains entre les acteurs du livre ; formuler des propositions concrètes en faveur de la bibliodiversité.

Les ateliers se déroulent sur trois à cinq jours, et sont structurés sur un canevas commun :

  • une formation pratique (avec l’intervention de professionnels et/ou de spécialistes en fonction des thèmes) et des échanges de savoir-faire et d’expériences à partir de projets concrets et d’initiatives peu connues ;
  • la formulation de propositions et de recommandations en faveur de la bibliodiversité.

Pour que les ateliers soient au plus proche de leurs attentes, les éditeurs conçoivent eux-mêmes ces journées de travail, à partir du contexte local dans lequel ils évoluent et à partir de leurs préoccupations. Ils en sont à la fois les bénéficiaires et les acteurs, les transmissions de savoir-faire et de pratiques étant au cœur de ces journées.

Pour enrichir ces ateliers et ouvrir à de nouvelles coopérations, professionnels du livre, structures associatives, institutions privées et publiques sont invités à témoigner de projets originaux et d’expériences inédites pouvant être déclinés dans le secteur de l’édition.

Les conclusions de chaque atelier sont centralisées par le Comité international des éditeurs indépendants et restituées aux participants pour construire collectivement le programme de la rencontre générale de 2014.

Partager l'article

Les ateliers préparatoires et thématiques des Assises

La bibliodiversité en marche à Guadalajara
dans le cadre de la Foire internationale du livre de Guadalajara (Mexique)
24 au 28 novembre 2012

Le don de livres : un système à repenser
en marge du Salon du livre de Paris (France)
20 et 21 mars 2013

La littérature jeunesse africaine : quelle visibilité sur le marché international ?
en marge de la Foire du livre de Bologne (Italie)
23 et 24 mars 2013

Les langues locales et nationales : quelles opportunités pour l’édition en Afrique ?
Ouagadougou (Burkina Faso)
11 au 13 juin 2013

Le livre équitable : un réel enjeu pour demain / Coéditions, cessions de droits et autres partenariats éditoriaux solidaires
Ouagadougou (Burkina Faso)
14 au 17 juin 2013

Diffusion des ouvrages de sciences humaines et sociales : quelles stratégies innovantes pour tirer son épingle du jeu ?
en marge de la Foire du livre de Francfort (Allemagne)
13 au 15 octobre 2013

Le numérique, quels enjeux pour la bibliodiversité dans le monde arabophone ?
en marge de la Foire internationale du livre d’Abu Dhabi
30 avril au 3 mai 2014

Partager l'article

Deuxième étape – la rencontre générale en 2014, au Cap : 62 éditeurs indépendants réunis en faveur de la bibliodiversité

À l’issue des ateliers préparatoires menés en 2013, une rencontre générale se tiendra du 18 au 22 septembre 2014, au Cap, en Afrique du Sud, sous le patronage de l’UNESCO.

Dans le prolongement des cas pratiques et des échanges de savoir-faire capitalisés dans les ateliers, il est indispensable pour les éditeurs d’interroger l’évolution de la bibliodiversité dans les pays et dans les maisons d’édition depuis 2007 : comment la bibliodiversité s’incarne-t-elle au quotidien pour un éditeur malien, pour un éditeur indien, pour un éditeur argentin ? Comment l’édition indépendante s’autonomise-t-elle dans les pays ? Comment le champ éditorial à Madagascar, au Pérou ou en Afghanistan se professionnalise-t-il ?

Cette rencontre, rassemblement interculturel et interlingusitique sans équivalent dans le secteur de l’édition, est en soi une photographie de l’édition indépendante internationale. Durant quatre jours, des éditeurs racontent leur parcours, pour certains leur combat, témoignent de leurs expériences, des risques qu’ils prennent. Les outils numériques de communication offrent aujourd’hui la possibilité aux éditeurs d’être en contact régulier et quasi immédiat – mais ils ne peuvent remplacer les échanges humains, nécessaires aux relations de confiance et de solidarité propres à un réseau comme celui de l’Alliance.

La rencontre générale est par ailleurs un moment essentiel dans la gouvernance de l’Alliance : les orientations des prochaines années, et le programme d’actions qui en découle, y sont décidés collectivement. Dans un souci constant de renforcement des capacités éditoriales de ses membres sur le long terme, l’Alliance poursuit ainsi la construction d’un réseau professionnel de solidarité internationale – pour favoriser la circulation et l’accessibilité des œuvres et des idées.

Événement unique, la rencontre générale répond avant tout à la volonté d’éditeurs de se fédérer pour faire vivre et renforcer ensemble la bibliodiversité.

Nous remercions les précieux partenaires de l’Alliance : Jacana Media (Afrique du Sud), Modjaji Books (Afrique du Sud), Open Book Festival (Afrique du Sud), Institut français d’Afrique du Sud, Alliance française du Cap (Afrique du Sud), National Library of South Africa, Goethe Institut (Afrique du Sud), Fondation Charles Léopold Mayer (Suisse), Organisation internationale de la Francophonie, région Ile-de-France (France), Centre national du livre (France), Fondation de France (France), Direction du développement et de la Coopération (Suisse), Institut français du Liban, Institut français de Tunisie, Coopération régionale pour les pays andins (Bolivie), Canarias Cultura “Canarias crea” (Espagne), Copyright Agency Cultural Fund (Australie), Centro Estero per l’Internazionalizzazione (Italie), Centre Universitaire de Recherches sur l’Action Publique et le Politique (CURAPP) / Université de Picardie Jules Verne (France)… et les éditeurs eux-mêmes.

Contact : assises@alliance-editeurs.org

Partager l'article

Organisation

Communiqué aux alliés, mars 2011 : annonce de la création du Comité international des éditeurs indépendants (CIEI)

Conformément aux orientations retenues lors des Assises internationales de l’édition indépendante en 2007 à Paris, les coordinateurs des réseaux linguistiques et le Bureau de l’Alliance se rencontrent une fois par an depuis 2009 (voir le Communiqué de novembre 2009).

Le 11 octobre 2010, les coordinateurs et le Bureau de l’Alliance se sont retrouvés à Paris pour une nouvelle rencontre, et ont décidé en commun de la création du « Comité international des éditeurs indépendants » (CIEI) [...]

Parce que les éditeurs membres – les alliés – sont les acteurs premiers de l’Alliance, les membres du CIEI et du Bureau de l’Alliance soumettent la création du Comité international des éditeurs indépendants (CIEI) à votre approbation.

Partager l'article

Communiqué de l’Alliance à l’ensemble des Alliés - novembre 2009

L’Alliance a souhaité réunir, le lundi 12 octobre 2009, les 5 coordinateurs des réseaux linguistiques et les 6 membres du Bureau de notre association. Cette rencontre, préparée en amont par l’équipe permanente, a permis d’aborder plusieurs sujets essentiels à la vie de notre mouvement. Le compte rendu intégral – comprenant le verbatim de cette longue et passionnante journée de travaux – a été transmis en français aux participants. Ceux-ci, néanmoins, ont souhaité qu’un communiqué, reprenant l’essentiel des discussions et les décisions prises collectivement, soit établi en trois langues pour être diffusé à tous les membres de l’Alliance.

Partager l'article

Les coordinateurs des réseaux linguistiques

Du fait du regroupement par réseau linguistique, adopté à Dakar comme « une des modalités de travail de l’Alliance », chaque réseau linguistique s’est doté d’un coordinateur (élu par son réseau). Le rôle des coordinateurs est ainsi de vérifier la bonne circulation de l’information entre les membres du réseau et entre les membres et l’équipe de Paris ; d’être en correspondance avec l’équipe de Paris ; de s’inquiéter de l’avancée des projets (de coédition, d’échange d’expériences) que le réseau veut réaliser ; d’étudier et d’émettre un avis sur les demandes d’adhésion concernant leur réseau ; d’organiser les rencontres du réseau en lien avec l’équipe de Paris. Depuis mars 2011, les coordinateurs font partie du Comité international des éditeurs indépendants.

Présentation des coordinateurs et vice-coordinateurs des réseaux linguistiques :

Partager l'article

Formation en ligne

Manuel d’utilisation ISBN (AFNIL)

Prêt à utiliser :

PDF - 268.1 ko
Manuel d’utilisation ISBN

Retrouvez aussi les autres Prêts à utiliser :

1. Participer à une foire d’échange de droits : rétroplanning

2. Matériel de prospection

3. Tableaux de suivi de prospection

4. Glossaire français/anglais « Vendre des droits » (Écla Aquitaine)

5. Kit juridique : contrat de cession de droits ; contrat traducteur/éditeur ; recommandations (cessions, droits numériques)

Partager l'article

Glossaire français/anglais « Vendre des droits » (Écla Aquitaine)

Prêt à utiliser :

PDF - 269.2 ko
Glossaire Vendre des droits (français-anglais)

Retrouvez aussi les autres Prêts à utiliser :

1. Participer à une foire d’échange de droits : rétroplanning

2. Matériel de prospection

3. Tableaux de suivi de prospection

5. Kit juridique : contrat de cession de droits ; contrat traducteur/éditeur ; recommandations (cessions, droits numériques)

6. Manuel d’utilisation ISBN (AFNIL)

Partager l'article

Tableaux de suivi de prospection

Prêt à utiliser :

PDF - 173.3 ko
Tableau suivi prospection (achats)
PDF - 254 ko
Tableau suivi prospection (cessions)

Retrouvez aussi les autres Prêts à utiliser :

1. Participer à une foire d’échange de droits : rétroplanning

2. Matériel de prospection

4. Glossaire français/anglais « Vendre des droits » (Écla Aquitaine)

5. Kit juridique : contrat de cession de droits ; contrat traducteur/éditeur ; recommandations (cessions, droits numériques)

6. Manuel d’utilisation ISBN (AFNIL)

Partager l'article

Participer à une foire d’échange de droits : rétroplanning

Prêt à utiliser :

PDF - 105.5 ko
Participer à une foire d’échange de droits : rétroplanning

Retrouvez aussi les autres Prêts à utiliser :

2. Matériel de prospection

3. Tableaux de suivi de prospection

4. Glossaire français/anglais « Vendre des droits » (Écla Aquitaine)

5. Kit juridique : contrat de cession de droits ; contrat traducteur/éditeur ; recommandations (cessions, droits numériques)

6. Manuel d’utilisation ISBN (AFNIL)

Partager l'article

Boîte à outils - fiches thématiques

Sommaire des fiches thématiques à lire dans le document ci-dessous :

• Introduction au marché international du livre jeunesse

• Faire appel à un agent ?

• Des programmes de soutiens à la traduction et à l’édition francophone

• Les programmes de fellowship et d’invitation des Foires de Bologne et de Francfort

• L’exposition d’illustrations et le prix d’illustrateur de la Foire de Bologne

• Agenda des foires et des salons du livre

• Études sur le marché international et structures ressources

PDF - 1.4 Mo
Fiches thématiques - Vendre et acheter des droits sur le marché international de l’édition jeunesse

Partager l'article

Séquence 14 : comment et avec qui l’éditeur prépare-t-il le manuscrit ?

L’assistant éditorial et les auteurs

  • Quand il y a un directeur d’ouvrage, celui-ci peut prendre en charge les relations avec les auteurs et leur demander les modifications qui s’avèrent nécessaires dans leurs manuscrits, voire corriger les manuscrits lui-même. Si les corrections auxquelles procède le directeur d’ouvrage sont pertinentes, cela peut enrichir le manuel : les autres auteurs sont alors des rédacteurs d’un premier manuscrit que le directeur d’ouvrage va reprendre, mettre en forme et harmoniser à son goût, ce qui va garantir l’uniformité et la cohérence du manuel. Ce travail allège d’autant celui de l’assistant éditorial, qui quand il n’y a pas de directeur d’ouvrage doit se charger lui-même de l’harmonisation des différents chapitres. Il faut cependant avoir prévu ce cas de figure dans le contrat, car le manuscrit d’un auteur est censé être respecté. Sinon, les auteurs mécontents pourraient se retourner contre l’éditeur qui laisserait un directeur d’ouvrage ou un assistant éditorial reprendre intégralement leurs manuscrits. Dans ce cas, l’auteur est appelé « contributeur ». Il en est de même en cas de défaillance de l’auteur : on peut faire reprendre son travail par quelqu’un d’autre, mais il faut l’avoir mentionné au préalable dans le contrat.
  • Quand le directeur d’ouvrage a choisi les auteurs, il existe un risque que celui-ci prenne trop de libertés avec le travail des auteurs, refasse ce qu’ils ont réalisé, rédige de nouveau des parties, etc., alors que ce qu’ont produit les auteurs est de bonne qualité. Simplement, il a une idée différente de ce qu’il convient de faire, ou a du mal à travailler en équipe et il lui est plus simple de s’arroger un droit de correction. L’assistant éditorial lui-même peut-être tenté de reprendre massivement le travail des auteurs. Outre que cela fait travailler plusieurs personnes à la même chose, alors que le calendrier est déjà très serré, cela perturbe le travail des auteurs car ceux-ci ne reconnaissent plus leurs manuscrits et se déresponsabilisent, voire ne travaillent plus sur le contenu. Il n’est pas facile pour un auteur de voir son manuscrit transformé, corrigé et modifié par quelqu’un d’autre. Quand cela s’avère nécessaire, il faut le faire avec délicatesse et sans évincer l’auteur. Il faut toujours prendre soin de l’associer au travail qui est fait sur son manuscrit, lui demander son avis, etc.
  • L’excès inverse est de laisser les auteurs prendre en charge la conception du manuel sans intervenir autrement que comme assistant des auteurs. Hormis dans certaines grandes maisons où les équipes sont rodées et travaillent en autonomie, l’assistant éditorial est la seule garantie que le contenu et la présentation du manuel vont respecter le concept initial, la maquette prévue, les résultats du test et les attendus d’un manuel scolaire. Il faut donc qu’il prenne toute sa place, qu’il n’hésite pas à tout contrôler et à intervenir si quelque chose ne correspond pas à ce qu’on attend du manuel final. Très souvent, les auteurs tiennent beaucoup à conserver leurs manuscrits tels qu’ils les ont imaginés et ont du mal à tenir compte des contraintes de la maquette (trop de texte, trop d’images car on veut « tout mettre »), du niveau des élèves (manuscrit trop difficile car on veut aller le plus loin possible). Ils leur est difficile de faire des choix et l’assistant éditorial doit être ferme pour que le manuel reste conforme à ce qui a été prévu. Sinon, on est obligé d’augmenter le nombre de pages, le format, les marges rétrécissent, et finalement l’aspect visuel du manuel, qui demeure primordial, en pâtit (voir « L’aspect physique du manuel » dans la séquence 4).
  • Autre difficulté : nombre de bons professeurs ont développé une technique d’enseignement qui fonctionne très bien dans leur classe mais ne savent pas du tout comment transmettre leur pratique au travers d’un manuel qui a pour caractéristique d’être utilisé par un professeur qu’ils ne connaissent pas, dont ils ignorent le niveau de formation et les capacités professionnelles, et par des élèves qu’ils n’ont pas en face d’eux. Ces auteurs rendent alors un manuscrit confus, tout au long duquel on doit être guidé si on veut arriver à suivre. Or, ces auteurs ne seront pas là pour expliquer aux professeurs comment utiliser le manuel et, même s’il existe un livre du professeur pour cela, il faut tenir compte du besoin de clarté du professeur qui doit avoir une compréhension spontanée du manuel sans être obligé de lire son « mode d’emploi ». Il faut alors que l’assistant éditorial soit ferme et fasse reprendre le manuscrit jusqu’à ce qu’il ait le niveau requis, quitte à lui faire perdre de la valeur. Les tests d’utilisation du manuel que l’on pratique avec des professeurs, ou même en classe avant parution, permettent de contrôler cela.

L’assistant éditorial et le correcteur

  • Le correcteur s’assure que la syntaxe, l’orthographe et la grammaire sont respectées. Il est aussi un relecteur, c’est-à-dire qu’il prend garde au sens de ce qu’il lit et relève ainsi nombre de problèmes que les auteurs et l’assistant éditorial, pris dans le feu de l’action, ne voient plus. Il relit intégralement les chapitres à plusieurs reprises (au moins deux) et traque les coquilles, les fautes et les aberrations liées aux diverses manipulations faites sur les manuscrits. Arrivant en fin d’étape, après toutes les autres interventions, la correction est souvent réalisée à la va-vite. C’est pourtant un moment essentiel qui met parfois au jour de véritables problèmes qui ont échappé à la vigilance de l’assistant éditorial : phrases coupées à la mise en pages, légende d’images erronée, titre absent ou sans rapport avec le document, etc. L’éditeur communique avec le correcteur par un système de signes de correction. Ce système a pour principe de montrer en marge ce qui doit être repris, pour que ce soit bien visible et qu’on puisse « pointer », c’est-à-dire vérifier que le maquettiste a bien pris en compte toutes les modifications. L’assistant éditorial valide ou efface ce que demande le correcteur, règle les questions qu’il soulève avec l’auteur ou le directeur éditorial, puis transmet la copie au maquettiste qui va intégrer les demandes de corrections. Il pointe ensuite les corrections. Voici un récapitulatif des signes de correction, issu du Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale française.

Cliquez sur l’image pour l’ouvrir. Cliquez sur « Zoom » pour l’agrandir ou la rétrécir. Cliquez sur la croix pour la fermer.

L’assistant éditorial et les documents

  • L’assistant éditorial travaille enfin sur les documents ; il consulte d’abord ce que l’auteur a demandé ou proposé comme document puis soit il commande un document existant, soit il fait créer le document nécessaire. Il choisit donc l’ensemble des documents qui accompagnent le cours :
    • cartes en géographie ;
    • photos d’expériences en physique-chimie ;
    • planches anatomiques et images de nature en biologie ;
    • extraits de textes de littérature en français ;
    • extraits de textes de philosophes en philosophie ;
    • extraits d’articles et de textes d’économistes en économie ;
    • dessins pour les exercices dans les petites classes ;
    • photos illustratives ;
    • dessins illustratifs, etc.
  • Les textes : en général, les textes sont commandés, aux éditeurs de livres ou de revues et journaux à qui ils appartiennent. C’est le service administratif qui s’occupe généralement de ces commandes et qui suit les arrivées des autorisations sur un tableau, ainsi que l’envoi des exemplaires du livre et le règlement des factures. Une règle à ne pas oublier quand on commande un texte : il faut respecter celui-ci et donc ne pas le retoucher. Le respect du droit d’auteur impose de ne pas transformer un texte que l’on commande (excepté en le coupant). Sinon, il faut demander à l’auteur du texte son autorisation. Voici un exemple de commande. Cliquez sur l’image pour l’ouvrir. Cliquez sur « Zoom » pour l’agrandir ou la rétrécir. Cliquez sur la croix pour la fermer.
  • Les dessins et les cartes : ils sont commandés à des illustrateurs et cartographes préalablement choisis. Il est important de discuter avec eux du planning des remises et du mode de réception des images. Par exemple, si les dessinateurs dessinent de manière traditionnelle, sur du papier, il faut prévoir de scanner les images et il vaut mieux le savoir au préalable. Il est souvent préférable pour l’éditeur que les dessinateurs scannent leur dessin, même s’ils l’ont d’abord réalisé sur papier. Il leur est alors possible de le retoucher par exemple, tâche qui incombe sinon au maquettiste. Cela permet aussi de prévoir le texte, s’il y a lieu, sur un calque à part, au lieu de l’inscrire directement sur l’image. Le texte est généralement soumis à de nombreuses corrections et on peut ainsi aisément le modifier. Il est indispensable de demander d’abord un brouillon au dessinateur, pour ne pas avoir à commander une autre image si celle-ci ne convient pas. Il est également judicieux de commander des formats d’images beaucoup plus grands que la taille des images telles qu’elles figureront dans le manuel : rétrécir une image permet d’augmenter la précision du trait et la rend plus belle et plus distincte. En outre, si des corrections doivent être apportées, ce sera beaucoup plus facile sur une image de grande taille. Enfin, il vaut toujours mieux demander trop que pas assez : on peut détourer un détail d’une image si on ne veut plus conserver que ce détail par exemple, mais il est difficile d’ajouter un fond qui n’aurait pas été dessiné.
  • Les photographies : hormis les photos d’expériences scientifiques, qui doivent souvent être réalisées pour le manuel (à moins qu’on en trouve sur des sites spécialisés), les photographies sont la plupart du temps commandées à des agences ou à des photographes. De nombreux sites d’agences permettent de chercher et de commander des images d’art, de biologie, etc. : Corbis, AKG, Magnum, Biosphotos. Pour des photos à faible coût et libres de droits utilisables commercialement, on préfèrera Fotolia. Pour les reproductions d’œuvres d’art, il faut toujours bien tenir compte du fait que commander un fichier d’image à une agence ne veut pas dire qu’on a acquis les droits de reproduction de l’œuvre photographiée, qui sont à demander à l’artiste ou à ses ayants droit. Tous les fichiers des photographies doivent être commandés au moins en 300 ppp ou dpi, résolution indispensable pour l’impression papier. Ces photos doivent (normalement !) également être photogravées à la taille à laquelle elles sont utilisées pour un bon rendu d’impression.
  • Une difficulté importante dans ces différentes opérations, que ce soit la correction ou la commande des documents, réside dans l’estimation du moment où il convient de les effectuer : on a tendance à reporter au maximum la correction pour qu’elle intervienne quand les chapitres ont déjà un degré de réalisation proche du stade final, et à lancer la création des cartes et dessins quand la mise en pages des chapitres est déjà bien avancée. De même, on essaie de demander les droits de reproduction des textes et les fichiers des images quand on est sûr de les utiliser. Mais, si on diffère exagérément ces différentes opérations, on se retrouve en fin de conception du manuel avec une somme trop importante de choses à commander et à corriger. Il faut donc s’obliger à entamer ces activités à un moment où le chapitre est encore en cours, quitte à annuler certaines commandes, à devoir refaire la correction, etc.
  • L’assistant éditorial, enfin, commande, valide et rassemble tous les travaux des différents intervenants (images, texte, correction, mise en pages…) et fait en sorte que chaque élément concorde avec les autres. Ainsi, il va proposer à l’auteur de changer une question concernant une image parce que celle qu’il aura trouvée ne correspond pas à ce qui avait été initialement demandé par l’auteur, une correction dans un chapitre va se répercuter dans un autre chapitre, la mise en pages va exiger que l’auteur procède à des coupes, que l’illustrateur recadre son image en portrait et non plus en format paysage, etc. En fin de conception, c’est l’assistant éditorial qui va, avec les folios définitifs, remplacer les renvois par des folios exacts. C’est aussi lui qui harmonise l’ensemble et veille à ce que les proportions de chaque élément dans chaque chapitre soient cohérentes : pas trop d’images ou de texte dans un chapitre par rapport à un autre, pas d’images en double dans deux chapitres, texte et exercices d’un niveau de difficulté progressif tout au long du manuel, etc.

Partager l'article

Séquence 11 : créer un concept, faire une charte éditoriale

Le concept du manuel

  • L’élaboration du concept du manuel est le cœur de cette phase et devrait faire l’objet d’une formation à elle seule. Dans certaines maisons d’édition qui ont une longue tradition dans le scolaire, l’éditeur ne participe à l’élaboration de la structure du manuel et de chaque chapitre que de manière secondaire. Le directeur d’ouvrage et l’équipe d’auteurs sont tellement au fait des réalités de l’édition qu’ils savent eux-mêmes transformer leur expérience de professeurs en un manuel pour des classes d’élèves avec lesquels ils ne seront pas en contact. L’éditeur recueille et valide leurs réflexions.
  • Dans les grandes maisons, leur travail est ensuite pris en main par le service du marketing, qui va tester un chapitre auprès de professeurs. Au préalable, le service du marketing aura fait une étude de marché, puis il livrera un rapport complet sur le marché et les caractéristiques des manuels en circulation. Dans les maisons d’édition plus petites ou n’ayant pas une tradition scolaire, l’éditeur (directeur de la maison ou responsable éditorial) doit lui-même faire une étude de l’existant. Il faut également, la plupart du temps, qu’il élabore en grande partie lui-même la structure du manuel et des chapitres, qu’il les propose aux auteurs qui les valident ou les corrigent.
  • Pour ce faire, l’éditeur s’entoure d’un directeur éditorial, d’auteurs, d’un assistant éditorial parfois, mais surtout de livres : rien ne remplace la connaissance des manuels scolaires existants, dans son pays ou dans d’autres pays, quand on veut en publier. Regarder ce qui est publié, regarder ce qui se vend, demander à des professeurs comment ils trouvent ces manuels, étudier leur format, leur pagination, la manière dont ils traitent le programme, la structure d’un chapitre, la proportion de textes et d’images est un bon point de départ pour avoir une idée de ce qu’on peut faire. Il faut également connaître le programme mais aussi quelles en sont les difficultés pour les professeurs, ce pour quoi ils auront besoin d’être guidés, ce qui va devoir être abondamment traité dans le manuel. En fonction de l’analyse de l’existant et des besoins, on élabore un projet qui répond aux attentes qu’on a pu discerner.

Le chapitre test

  • Le chapitre test est un premier chapitre rédigé selon les termes d’une première charte éditoriale et d’une première maquette, qui sera ensuite soumis à l’examen de professeurs.
  • C’est le service du marketing, quand il en existe un, qui s’occupe de cela. Cela permet de s’interroger sur le concept élaboré par l’éditeur, de le modifier en fonction des attentes des professeurs et de le valider avant que la rédaction du manuel soit véritablement lancée.
  • Bien souvent, le calendrier ne permet pas de faire ce test avant que les auteurs aient rédigé leurs manuscrits et on le fait en parallèle de l’édition du manuel. On doit alors ajuster le travail en cours pour tenir compte des résultats du test.

La charte éditoriale

  • On l’appelle aussi cahier des charges. C’est un document qui récapitule, à l’attention des auteurs et de l’assistant éditorial essentiellement, l’ensemble des caractéristiques de forme et de contenu du manuel. La charte éditoriale détaille des spécifications pédagogiques aussi bien que techniques et définit même la procédure d’élaboration du manuel et le calendrier. Quand le calendrier le permet, un premier chapitre test est réalisé ; la charte éditoriale s’appuie alors sur celui-ci, qui, une fois validé, sert de modèle aux autres. Elle est conçue par l’éditeur. Elle marque le lancement du manuel, après une phase de réflexion, d’élaboration du projet, de formation des équipes et de test du projet dont elle est le résultat.
  • C’est un document de cinq à dix pages. Il présente :
    • la liste des auteurs, avec leurs coordonnées, leur fonction professionnelle actuelle et passée, leur statut dans l’équipe ;
    • la liste des intervenants de la maison d’édition et leur fonction ;
    • l’esprit de la réforme et l’esprit du manuel ;
    • la démarche du manuel en conséquence ;
    • le format, la pagination, les couleurs, la couverture ;
    • la structure du manuel (sommaire détaillé) ;
    • la structure d’un chapitre modèle. Si ce chapitre a pu être fait au préalable, il est fourni avec la charte, sinon il faut détailler la structure du chapitre et exposer clairement ce qui est demandé à l’auteur (on peut par exemple préciser que « Les titres des chapitres ne reprennent pas l’intitulé du programme », que « Le début du chapitre est une mise en activité fondée sur un court exercice d’observation, [qu’]il faut y présenter trois ou quatre questions sur une figure qu’il faut observer », etc.) ;
    • la répartition des chapitres par auteur ;
    • le calendrier de remise des chapitres et des différentes interventions.
  • On ajoute dans la charte, ou en annexe, des indications techniques et éditoriales pour les auteurs, qui concernent le mode de remise des manuscrits, la rédaction et les images : souci de clarté, phrase simple, calibrage respecté…, mais aussi des précisions comme « Remettre son manuscrit dans un fichier Word unique, intitulé ainsi : CO1 », « Donner les références très précises des images ou leur dessin, selon ce modèle : … », etc.

Partager l'article

Séquence 13 : les outils de l’assistant éditorial

Coordonner les calendriers

  • L’assistant éditorial collabore avec une équipe d’intervenants dont chacun a un rôle précis et c’est lui qui organise leur travail et le valide. Sa difficulté principale est donc d’arriver à accorder les calendriers de chacun, pour que le maquettiste ait du travail en continu, que le correcteur (souvent une correctrice) ne doive pas relire tout d’un coup, etc. Il doit veiller à étaler les remises des travaux de chacun et c’est parfois un véritable casse-tête.
  • Un tableau de suivi des étapes d’élaboration du manuel est indispensable pour ne rien oublier. Il peut prendre la forme d’un rétroplanning. Sur un tableau Excel, les parties et chapitres du manuel sont listés dans une colonne et les différentes étapes qu’ils doivent parcourir sur une ligne. Chaque étape contient des dates de début et de fin, calculées en fonction du bon à tirer (BAT). Chaque semaine, un point est fait avec les dates réelles, par élément du manuel, du début et de la fin de l’étape. Cela permet de vérifier le nombre de manuscrits en cours de rédaction, en cours de mise en pages, en cours de correction, les manuscrits que l’on a commencé à illustrer, etc. Voici un exemple de rétroplanning.
    HTML - 164.9 ko

Le chemin de fer

  • Autre outil indispensable de l’éditeur : le chemin de fer. Un chemin de fer est un document sur lequel figure à la queue leu leu toutes les pages d’un livre, et où la page de droite et la page de gauche en vis-à-vis sont accolées. Cela constitue une sorte de train avec des wagons, d’où le nom. Il permet de vérifier l’alternance page de droite/page de gauche et de visualiser la répartition des illustrations, ainsi que de contrôler la pagination de l’ouvrage.
  • Dans le scolaire on préférera utiliser un tableau Excel qui reprend l’intégralité des parties et chapitres du manuel, avec un suivi automatique du foliotage : on liste dans le tableau les différentes parties du manuel, comme un sommaire, et on y associe un nombre de pages. Cela permet de s’assurer que chaque partie du manuel contient le nombre requis de pages et commence au bon endroit (en effet, dans un manuel, on commence souvent les chapitres toujours sur la même page, paire ou impaire et il faut donc contrôler le folio). Cela permet aussi, quand ce nombre de page ou ce folio bouge pour un chapitre, de surveiller l’impact sur les autres chapitres et sur la pagination totale du manuel.
  • D’une manière générale on a tendance, au cours de l’édition d’un manuel, à avoir besoin de plus de pages que ce qu’on avait prévu. Si on a fait un chemin de fer en utilisant le maximum de pages possible par rapport aux contraintes de l’impression, on risque de se trouver coincé. Il vaut donc mieux garder une réserve quand on crée le chemin de fer ; par exemple, pour un ouvrage de 96 pages, composés de 2 cahiers de 48 pages à l’impression, il vaut mieux faire un chemin de fer sur 90 pages et compter 6 pages blanches de réserve.
    HTML - 67.3 ko

Suivi de l’iconographie

  • Un troisième outil indispensable pour les manuels de collège et lycée : un tableau de suivi de l’iconographie. Ce tableau nomme chaque image (dessins, photos…) et précise à quel stade en est la commande et quel est le crédit (pour les photos).
  • Cela permet de suivre avec précision les étapes de l’illustration, ce qui est essentiel quand on a recours a des dizaines d’images. Voici un exemple de tableau de suivi de l’iconographie.
    HTML - 93.4 ko

Partager l'article

1 | 2 | 3

Revue de presse

De la décolonisation des esprits à l’appropriation des droits d’auteur

Lire ici l’article publié le 9 janvier 2015 sur le blog 2709 : « De la décolonisation des esprits à l’appropriation des droits d’auteur » (“De la descolonización de las mentes a la apropiación de los derechos de autor”).

Partager l'article

Montreuil 2014 : un salon du livre de jeunesse ouvert sur l’Afrique

Un article paru le 8 décembre 2014 dans Le Populaire, hebdomadaire d’informations générales publié en Guinée Conakry, dans la rubrique mensuelle de Marie Paul Huet, directrice littéraire des éditions Ganndal.

Partager l'article

Les collectifs professionnels s’engagent à agir ensemble, Le Soleil, Sénégal

Pays de parution : Sénégal

Dans son édition du 29 et 30 novembre 2014, Le Soleil, quotidien sénégalais, relaie le communiqué de presse signé conjointement à Dakar le 25 novembre 2014, par l’Association internationale des libraires francophones, par Afrilivres et l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, dans lequel les collectifs professionnels « déclarent leur ferme volonté d’agir ensemble pour la promotion du livre et de la lecture et de l’accès au livre ».

Partager l'article

La rencontre du Cap (Assises internationales de l’édition indépendante 2014) sur la radio culturelle tunisienne !

Écoutez ici l’interview de Nouri ABID (éditions Med Ali en Tunisie et coordinateur du réseau arabophone de l’Alliance) sur la radio culturelle tunisienne, le 3 septembre 2014.

Partager l'article

« Le difficile essor de l’édition numérique dans le monde arabe », un article de Livres Hebdo suite au 7e atelier des Assises

Pays de parution : Émirats arabes unis

Livres Hebdo diffuse le Communiqué sur l’édition numérique : quels enjeux pour la bibliodiversité dans le monde arabe, relayant les propositions et recommandations issues de l’atelier tenu à Abu Dhabi du 30 avril au 3 mai 2014, en partenariat avec la Foire internationale du livre d’Abu Dhabi.
Lire l’article ici. : édition en ligne du 21 mai 2014.

Partager l'article

Le 7e atelier des Assises à Abu Dhabi dans Livres Hebdo

Pays de parution : Émirats arabes unis

Livres Hebdo dans son édition du 25 avril 2014 relaie l’atelier sur l’édition numérique dans le monde arabophone (30 avril - 3 mai 2014) organisé en partenariat avec la Foire du livre d’Abu Dhabi. Plus d’informations sur l’atelier ici.

Partager l'article

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7

Centre de ressources

Publishing in Persian language, une étude inédite sur l’édition en langue persane

Pays de parution : Afghanistan, Iran, Ouzbékistan, Tadjikistan

Publishing in Persian language dresse un panorama complet et actuel de l’édition dans les pays persanophones, en Iran, Afghanistan, Tadjikistan, Ouzbékistan mais aussi dans les pays de la diaspora en Europe et aux États-Unis.
Les articles, écrits par Ali Amiri, Beytolah Biniaz, Masoud Hosseinipour, Farid Moradi, Laetitia Nanquette et Dilshad Rakhimov, toute et tous spécialistes de l’édition en langue persane, permettent d’appréhender ces marchés éditoriaux dans une perspective à la fois historique, économique, politique et culturelle.
Cette étude vise à mettre en lumière le travail et les catalogues de plusieurs éditeurs indépendants persanophones et à ainsi favoriser les échanges professionnels et interculturels.
Publishing in Persian language est disponible en persan et en anglais, en libre accès sur le site de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, au format PDF, EPUB et MOBI.

Publishing in Persian language a été réalisée grâce au soutien de la Fondation Prince Claus. Nous tenons par ailleurs à remercier l’ensemble des contributeurs, éditeurs, professionnels qui ont participé à ce travail collectif – et tout particulièrement Sonbol Bahmanyar pour la coordination de l’étude.

Publishing in Persian language, collection « État des lieux de l’édition », Alliance internationale des éditeurs indépendants, 2015.
ISBN : 978-2-9519747-7-7 (version en persan)
ISBN : 978-2-9519747-8-4 (version en anglais)

Collection État des lieux de l’édition

Zip - 3 Mo
Lire l’étude au format MOBI en anglais

Zip - 3.7 Mo
Lire l’étude au format MOBI en persan

Partager l'article

80 recommandations & outils en faveur de la bibliodiversité

Les 80 recommandations et actions proposées ici font écho aux principes affirmés dans la Déclaration internationale des éditrices et éditeurs indépendants 2014. Elles s’adressent aux pouvoirs publics, aux organismes internationaux, aux collectifs et professionnels du livre de tous les continents afin de mettre en place des mesures concrètes et pérennes pour le développement, le maintien et la vitalité de la diversité éditoriale.
L’ensemble de ces propositions est issu des ateliers, rencontres et échanges à distance mis en place lors des Assises internationales de l’édition indépendante, tenues entre 2012 et 2014, sous le patronage de l’UNESCO.

Sommaire des 80 recommandations et outils pour défendre et promouvoir la bibliodiversité :
* Des politiques publiques pour garantir la bibliodiversité
* Des propositions et actions pour favoriser la bibliodiversité numérique
* Le système Amazon, quelles menaces pour la bibliodiversité ?
* Des mesures nécessaires pour l’édition en langues locales et nationales
* Repenser le don de livres
* Des propositions et actions pour développer les partenariats éditoriaux solidaires
* Des actions pour renforcer une édition jeunesse plurielle

Pour nous donner votre avis ou apporter des compléments à ces 80 recommandations, n’hésitez pas à contacter l’équipe de l’Alliance.

Partager l'article

« Translation and Globalization », le nouveau numéro de la revue Bibliodiversity à découvrir !

Dirigé par Gisèle Sapiro, « Translation and Globalization », numéro 3 de la revue Bibliodiversity (février 2014) vient de paraître !

« Au croisement de l’histoire et de la sociologie de l’édition, de l’étude des transferts culturels et des Translation Studies, la sociologie et l’histoire de la traduction ouvrent donc de nouveaux et vastes chantiers de recherche sur des sujets d’actualité comme la question de la diversité culturelle à l’ère de la mondialisation, abordée dans notre article, les rapports Nord-Sud traités dans les deux autres et évoqués dans deux témoignages, les luttes de concurrence entre pays pour l’hégémonie culturelle et les conditions sociales de la circulation des biens culturels dans une conjoncture de concentration et de rationalisation des industries créatives. »
Extrait de l’introduction, par Gisèle Sapiro.

Ce numéro est dédié à André Schiffrin, membre du Comité scientifique de la revue Bibliodiversity.

Retrouvez les autres numéros de Bibliodiversity ici.

Partager l'article

Quelle présence du livre africain pour la jeunesse à l’international ?

© Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse

Le secteur de la jeunesse, en plein essor dans de nombreuses régions du monde, est stratégique dans des pays où l’édition est émergente – c’est en effet par les ouvrages jeunesse que se construisent les lecteurs de demain. Bien que soucieux de leur lectorat local, les éditeurs en Afrique aspirent, à juste titre, à être reconnus à l’international.

Si leur participation à des salons du livre au Nord (Salon du livre et de la presse jeunesse de Seine-Saint-Denis par exemple) révèle l’existence d’un lectorat sur les marchés français, si la production africaine se vend au grand public en France – et plus largement dans les pays francophones du Nord –, fait-elle aujourd’hui l’objet de cessions de droits aux éditeurs français ? Et au-delà, trouve-t-elle acquéreurs dans le cadre de foires de ventes de droits comme la Foire du livre de Bologne ou la Foire du livre de Francfort ?

Autant de questions qu’un groupe de huit éditeurs africains a souhaité développer lors d’un atelier sur « la visibilité de la littérature africaine à l’international » organisé en mars 2013 à Bologne, en partenariat avec la Foire du livre de Bologne, dans le cadre des Assises internationales de l’édition indépendante 2013-2014.

La synthèse de ces réflexions et discussions a été publiée originellement en novembre 2013 par la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse, voir ici !

Partager l'article

Books about Books (BaB), un fonds spécialisé « Livre et Édition » au cœur de Paris !

Books about Books (BaB), c’est une bibliothèque en libre accès, composée de livres en français et en langues étrangères, regroupant :

  • des ouvrages de référence en matière d’édition ;
  • des analyses et recherches sur l’édition indépendante, l’édition dans les pays émergents, la bibliodiversité… ;
  • un abonnement à Livres Hebdo (1er numéro : février 2008) ; des archives de revues (Books, RILI).

L’équipe de l’Alliance vous accueille dans ses locaux du lundi au vendredi, pour consulter et/ou emprunter, en toute simplicité, les ouvrages du fonds.

L’Alliance vous propose également :

  • un service de conseils individualisés sur les sujets de mémoire (ou la mise en contact avec des partenaires et professionnels proches de l’Alliance en fonction du sujet traité) ;
  • la possibilité de publier votre mémoire dans la collection « Jeunes talents » (collection des mémoires universitaires de Masters Métiers du livre).

Partager l'article

Editer pour la jeunesse en Inde

Pays de parution : Inde

La collection « Jeunes talents », dédiée aux meilleurs mémoires des Masters « Métiers du livre » s’enrichit d’un nouveau titre !

Mariette ROBBES, qui s’est appuyée sur un travail de terrain pour mener ses recherches, propose une analyse passionnante de l’édition indienne pour la jeunesse.

Au contraire d’autres pays asiatiques comme la Corée et le Japon, le paysage du livre indien pour la jeunesse reste très peu connu en France, y compris dans le milieu des professionnels du livre. En effet, le marché du livre en Inde est spécifique : le pays est très grand, ce qui rend la distribution difficile ; de nombreuses langues sont parlées et écrites ; il existe un fossé important entre les habitudes de consommation culturelle en milieu rural et en milieu urbain. Pour faire face à ces obstacles, les éditeurs indépendants développent des stratégies éditoriales originales et parfois inédites. Au vu du manque de données et d’études sur l’édition en Inde, cette étude s’appuie sur de nombreux entretiens avec des professionnels de l’édition en Inde : les éditeurs bien sûr, mais aussi des libraires, des directeurs de festivals, des analystes de marché, des illustrateurs et des distributeurs.

Partager l'article

« The Digital South » : le nouveau numéro de la revue Bibliodiversity vient de paraître !

Alors que les analyses sur l’édition numérique se multiplient, Bibliodiversity se devait de proposer un autre regard, de mettre en valeur une réalité moins connue. Conformément à la ligne éditoriale de la publication, et en cohérence avec les recherches menées par les partenaires de la revue, il était indispensable de faire entendre
autant que possible des voix peu entendues, voire peu écoutées.

Cette publication, consacrée à l’édition numérique dans les pays en développement, a reçu la soutien de la Fondation Prince Claus.

Cliquez ici pour accéder aux autres numéros de la revue Bibliodiversity.

Partager l'article

Un kit de rentrée pour les étudiants !

En cette période de rentrée universitaire, nous invitons les étudiants à emprunter et consulter gratuitement les ouvrages du fonds Books about books (plus de 180 titres sur l’édition internationale, à votre disposition sur Paris). Nous vous rappelons également que l’Alliance donne la possibilité aux étudiants de publier leurs mémoires universitaires dans la collection « Jeunes talents ». N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus !

Enfin, l’Alliance édite dans la collection « État des lieux de l’édition » des dossiers sur l’édition (édition dans l’espace francophone, édition indépendante, édition numérique), disponibles auprès des libraires indépendants et sur notre site Internet.

Partager l'article

Guide du partenariat éditorial équitable

La prédation des grands groupes du Nord sur les marchés du livre en Afrique connaît depuis quelques années des changements d’orientation en matière de partenariats. Les grands groupes éditoriaux du Nord font en effet évoluer leurs pratiques, qui ne reposent plus seulement sur l’acquisition de maisons d’édition localement mais qui s’appuient de plus en plus sur la mise en place de partenariats avec des éditeurs locaux.
Comment garantir que ces partenariats soient équilibrés et justes ? Comment s’assurer que les éditeurs du Sud ne « perdent pas leur âme » en acceptant de collaborer avec des grands groupes du Nord ?
Pour accompagner ces changements de pratiques, l’Alliance a rédigé au profit de ses membres un petit guide de bon sens, permettant de garder en mémoire quelques points essentiels sur lesquels il convient d’être vigilant.

N’hésitez pas à réagir et à nous faire part de tout commentaire.

L’Alliance remercie Double ponctuation pour la rédaction de ce vademecum.

Partager l'article

L’édition numérique dans les pays en développement, une étude inédite

Langue(s) : anglais , espagnol , français

L’Alliance, en partenariat avec la Fondation Prince Claus, a confié à Octavio KULESZ, éditeur numérique en Argentine, la réalisation d’une étude sur l’édition numérique dans les pays en développement. Cette étude inédite, fruit de 8 mois de recherches, est aujourd’hui disponible en français, anglais et espagnol sur le site : http://alliance-lab.org/etude/

En Amérique latine, en Afrique subsaharienne, dans le monde arabe, en Russie, en Chine ou encore en Inde, quels sont les nouveaux acteurs numérique ? Peut-on concevoir une évolution autonome des publications numériques dans les pays en développement par rapport aux pays riches ? Quelles politiques d’appui peuvent être mises en place pour encourager la croissance de cette nouvelle industrie et pour aider et accompagner les acteurs traditionnels à s’adapter aux changements ? À partir d’entretiens, de questionnaires, de rencontres, Octavio KULESZ dresse un état des lieux du numérique dans ces 6 régions et formule des propositions concrètes à destination des éditeurs indépendants.
En effet, des expériences numériques menées dans le Sud permettent d’entrevoir que les nouvelles technologies constituent une grande opportunité pour les pays en développement — notamment en termes de diffusion — à condition que les entrepreneurs locaux cherchent des modèles originaux, adaptés aux besoins concrets de leurs communautés.

Cette étude en ligne est évolutive et interactive. Nous vous invitons à y apporter vos contributions en la commentant.

L’étude est également disponible en PDF, EPUB et MOBI, en libre téléchargement.

Partager l'article

1 | 2 | 3

{#ENV{titre},#SELF,sujet}