L’Alliance

Présentation et orientations

Glossaire de l’édition indépendante (2021)

Le glossaire de l’édition indépendante est une construction collective menée par des éditrices et éditeurs du réseau hispanophone de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants.

Il donne à voir les significations et définitions des mots couramment utilisés dans l’édition. Il s’agit d’un projet évolutif, qui s’enrichira au fil du temps pour d’une part inclure de nouveaux concepts, et d’autre part prendre en compte de nouvelles propositions de définitions. L’idée n’est pas de figer les concepts mais de les ouvrir pour mettre en valeur leurs significations multiples.

Chaque terme est signé par la personne qui a travaillé sur la définition. Le glossaire a été édité par Germán Gacio Baquiola (Corredor Sur Editorial, Équateur / collectif Editores independientes de Ecuador), Teresa Gottlieb, (Editorial Maitri, Chili), Paulo Slachevsky (Lom Ediciones, Chili) et Miguel Villafuerte, (Editorial Blanca, Équateur).

Partager l'article

Orientations 2022-2025

1/ L’Alliance, lieu d’expérimentations et de réflexions à travers l’Observatoire de la bibliodiversité

  • Poursuivre les analyses, réflexions et plaidoyers via les groupes de travail thématiques mis en place lors des Assises de 2014 et mettre en place de nouveaux groupes de travail sur les thèmes et enjeux travaillés pendant les Assises de 2021
  • Outiller et documenter l’édition indépendante internationale

2/ L’Alliance, espace de collaborations et de mutualisations

  • Mutualiser les pratiques et les savoir-faire (sur des bases régionales, nationales, voire internationales selon les besoins exprimés) entre éditrices et éditeurs
  • Se rencontrer et renforcer les flux d’échanges

3/ L’Alliance, outil de promotion de l’édition indépendante et de visibilité des œuvres

  • Encourager la visibilité et la promotion de l’édition indépendante
  • Favoriser la circulation des œuvres et les productions des maisons d’édition indépendantes

4/ L’Alliance, laboratoire de pratiques éditoriales alternatives

5/ L’Alliance, une gouvernance et un fonctionnement évolutifs

  • REpenser
  • S’engager

Partager l'article

Déclaration de Pampelune-Iruñea « Pour une édition indépendante décoloniale, écologique, féministe, libre, sociale et solidaire »

Réuni.es dans la ville de Pampelune-Iruñea du 23 au 26 novembre 2021 lors des quatrièmes Assises internationales de l’édition indépendante, organisées en partenariat avec EDITARGI (Association des éditeurs indépendants de Navarre), nous, éditrices et éditeurs de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, réaffirmons notre engagement envers :

le caractère culturel, social et politique du livre et de la lecture ;
la démocratisation du livre dans nos sociétés ;
la lecture comme pratique émancipatrice qui forge l’esprit critique de citoyen.nes, acteur.rices au sein de leur société.

Lire la Déclaration dans son intégralité ici :

Cette déclaration s’inscrit dans la continuité des réflexions et travaux de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants, notamment des Déclarations de 2003, 2007 et 2014 et les 80 recommandations en faveur de la bibliodiversité. Elle sera complétée par un Guide des bonnes pratiques (travail collectif en cours, pour publication au premier semestre 2022).

Les tables rondes des Assises 2021 sont disponibles en replay sur la chaîne Youtube de l’Alliance.

Partager l'article

Orientations 2015-2021

Défendre la bibliodiversité et l’édition indépendante via un réseau professionnel de solidarité

Soutenir la mise en place de politiques du livre nationales, régionales et internationales

Réaffirmer et défendre la liberté et l’équité d’expression

  • Réalisation d’une typologie des censures ; rédaction de plaidoyers en soutien et solidarité aux éditeurs

Renforcer les espaces collaboratifs et innover pour répondre aux transformations et enjeux de demain

  • Labo numérique, ateliers, échanges d’expériences et mutualisation d’outils (sur le numérique, sur les partenariats éditoriaux solidaires, sur l’édition en langues nationales et locales…)
  • Renforcement des échanges avec l’interprofession (auteurs, libraires, bibliothécaires, diffuseurs-distributeurs, acteurs numériques, etc.) : rencontres interprofessionnelles, actions de lobbying communes

Participer à un rééquilibrage des échanges entre pays exportateurs et pays destinataires de livres

  • Centre de ressources en ligne, en complément de l’Observatoire de la bibliodiversité
  • Modernisation des pratiques de dons de livres : Charte du don de livres revisitée par les professionnels du Sud
  • Présence dans les foires et salons du livre (stands collectifs autant dans des salons du livre au Sud qu’au Nord), promotion des ouvrages du Sud au Nord

Développer et renforcer les échanges interculturels

  • Développement et accompagnement de projets de coéditions / traductions : partenariats éditoriaux Nord-Sud et Sud-Sud porteurs du label « Le livre équitable », recherches de modèles économiques solidaires (économie sociale et solidaire)

Les orientations 2015-2018 de l’Alliance ont été définies collectivement par les éditeurs lors des Assises internationales de l’édition indépendante (2012-2014). De chacune de ces orientations, découlent des projets et des activités mis en œuvre par l’Alliance sur la période 2015-2018.

Partager l'article

L’éditeur indépendant de création

L’environnement socio-économique, l’approche historique et le contexte politique sont autant de facteurs à prendre en compte pour appréhender dans sa complexité et ses différentes réalités, la notion d’éditeur indépendant. Les éditeurs indépendants au Chili, en France, au Bénin, au Liban ou en Inde, exercent dans un contexte spécifique, ayant des conséquences directes sur leur activité. Cependant, si les réalités diffèrent d’un pays à un autre, il est possible de s’accorder sur un certain nombre de critères pour définir ce qu’est un éditeur indépendant. L’éditeur indépendant conçoit ainsi sa politique éditoriale en toute liberté, de façon autonome et souveraine. Il n’est pas l’organe d’expression d’un parti politique, d’une religion, d’une institution, d’un groupe de communication, ou d’une entreprise. La structure du capital de l’éditeur et l’identité de ses actionnaires informent aussi sur son indépendance : le rachat de maisons d’édition par des grandes entreprises sans aucun lien avec le métier d’éditeur et la mise en place d’une politique de rentabilité élevée impliquent bien souvent une perte d’indépendance et un remaniement de la ligne éditoriale. L’éditeur indépendant, tel que défini par les éditeurs de l’Alliance, est un éditeur de création : à travers ses choix éditoriaux souvent innovants, sa liberté d’expression, ses prises de risque éditoriales et financières, il participe au débat d’idées, à l’émancipation et au développement de l’esprit critique des lecteurs. En cela, il est un acteur majeur de la bibliodiversité.

À lire aussi : Éditeurs indépendants, de l’age de raison vers l’offensive ?, de Gilles COLLEU, collection « État des lieux de l’édition ».

Partager l'article

Déclaration internationale des éditeurs et éditrices indépendants 2014

En 2014, lors de la rencontre de clôture des Assises internationales de l’édition indépendante (Le Cap, Afrique du Sud), 400 éditeurs indépendants de 45 pays ont signé la Déclaration internationale des éditeurs et éditrices indépendants 2014. Rédigée collectivement en trois langues de travail le 20 septembre 2014 au Cap, la Déclaration 2014 est disponible en plusieurs langues (français, anglais, espagnol, portugais, arabe, farsi, italien...).

Lire ici les 80 recommandations & outils (sur le numérique, les politiques publiques du livre, la littérature jeunesse, l’édition en langue nationale et locale, les partenariats éditoriaux solidaires et le « Livre équitable » et le don de livres) issus des Assises internationales de l’édition indépendante.

Partager l'article

Bibliodiversité

La bibliodiversité est la diversité culturelle appliquée au monde du livre. En écho à la biodiversité, elle fait référence à une nécessaire diversité des productions éditoriales mises à la disposition des lecteurs. Si les grands groupes participent, par l’importance quantitative de leur production, à une certaine diversité éditoriale, cela ne suffit pas à garantir la bibliodiversité, qui ne se mesure pas uniquement en nombre de titres disponibles. Les éditeurs indépendants, bien qu’ils se soucient de l’équilibre économique de leur maison d’édition, sont avant tout préoccupés par les contenus qu’ils publient. Leurs ouvrages peuvent apporter un autre regard et une autre voix, à côté de l’offre éditoriale plus standardisée des grands groupes. La production éditoriale des éditeurs indépendants, et les moyens de diffusion qu’ils privilégient (librairies indépendantes notamment) pour la porter aux lecteurs, sont ainsi indispensables pour préserver et enrichir la pluralité et la diffusion des idées. On peut attribuer l’invention du terme bibliodiversité à des éditeurs chiliens, lors de la création du collectif « Editores independientes de Chile » à la fin des années 1990. L’Alliance internationale des éditeurs indépendants a fortement contribué à la diffusion et à la promotion de ce terme en plusieurs langues, notamment grâce aux Déclarations de Dakar (2003), de Guadalajara (2005), de Paris (2007) et du Cap (2014). Depuis 2010, la Journée internationale de la bibliodiversité est célébrée tous les 21 septembre (jour du printemps dans l’hémisphère Sud).

Voir l’article « Bibliodiversité » sur Wikipédia en français
L’article existe aussi en anglais, en espagnol, en portugais.

La bibliodiversité, en images !

Partager l'article

Prédations

Des livres déversés sur un marché par conteneurs entiers, des livres produits dans un autre contexte culturel donnés gratuitement aux lecteurs ou aux bibliothèques publiques, la mise en place de succursales locales par des groupes éditoriaux venus d’ailleurs et visant à créer les conditions d’un monopole… À travers quelques exemples d’interventions dommageables pour les marchés éditoriaux en voie de développement, Étienne GALLIAND (fondateur de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants) dresse un panorama des actes de prédation directs ou indirects que subissent les marchés émergents. Un panorama édifiant.

En complément de cet article, consultez ici le Guide du partenariat éditorial équitable mais aussi les réflexions, rencontres, outils et plaidoyers que l’Alliance a développé sur les marchés du livre scolaire et le don de livres notamment.

Partager l'article

« Le livre équitable »

Le label « Le livre équitable » est attribué par l’Alliance à des ouvrages publiés dans le cadre d’accords éditoriaux internationaux respectueux des spécificités de chacun : les coéditions solidaires. Ces coéditions solidaires permettent de mutualiser les coûts liés à la réalisation intellectuelle et physique d’un livre et faire ainsi des économies d’échelle ; d’échanger des savoir-faire professionnels et une expérience commune, tout en respectant le contexte culturel et l’identité des éditeurs ; de diffuser plus largement les ouvrages en ajustant les prix pour chaque zone géographique ou en uniformisant les prix sur une même zone de commercialisation.

Partager l'article

Fair speech

La notion d’équité d’expression (Fair speech) complète celle de liberté d’expression (Free speech). Dans un contexte de concentration des médias, les pouvoirs dominants (qu’ils soient politiques, économiques, religieux, idéologiques, etc.) sont en effet les plus représentés et les plus entendus. Le Fair speech défend ainsi un accès équitable à l’expression (par exemple pour les femmes, les groupes historiquement marginalisés, etc.), permettant une réelle diversité des voix. Cette notion a été créée par Betty McLellan dans Unspeakable (Spinifex Press, 2010, Australie), et promue par Susan Hawthorne dans Bibliodiversity : A Manifesto for Independent Publishing (Spinifex Press, 2014, Australie).

Partager l'article

1 | 2

Activités

Communiqué aux alliés : annonce de la création du Comité international des éditeurs indépendants (CIEI)

Conformément aux orientations retenues lors des Assises internationales de l’édition indépendante en 2007 à Paris, les coordinateurs des réseaux linguistiques et le Bureau de l’Alliance se rencontrent une fois par an depuis 2009 (voir le Communiqué de novembre 2009).

Le 11 octobre 2010, les coordinateurs et le Bureau de l’Alliance se sont retrouvés à Paris pour une nouvelle rencontre, et ont décidé en commun de la création du « Comité international des éditeurs indépendants » (CIEI) [...]

Parce que les éditeurs membres – les alliés – sont les acteurs premiers de l’Alliance, les membres du CIEI et du Bureau de l’Alliance soumettent la création du Comité international des éditeurs indépendants (CIEI) à votre approbation.

Partager l'article

Contos do mar sem fim

Auteur(s) : Cinco autores de Angola, quatro de Guiné-Bissau e sete escritores do Brasil
Pays de parution : Angola, Brésil, Guinée-Bissao
Langue(s) : portugais
Prix : R$ 32,00

Ce recueil, qui emprunte son titre à un vers emblématique de Fernando
Pessoa, est une véritable invitation au voyage, à travers seize récits
d’auteurs du Brésil, de Guinée-Bissau et D’Angola.

Date de publication : 2010 ; 224 pages ; 14 X 21 cm ; ISBN : 978-85-347-0294-2

Partager l'article

Communiqué de l’Union des éditeurs tunisiens, 21 janvier 2011

Pays de parution : Tunisie

Extrait du communiqué de l’Union des éditeurs tunisiens, publié le 21 janvier 2011

« L’Union des éditeurs Tunisiens, dont les membres se sont réunis le vendredi 21 janvier, félicite le peuple tunisien, fier de sa révolution grandiose, et se recueille devant ses martyrs tout en déclarant son soutien indéfectible devant la résistance populaire ».

Partager l'article

Communiqué de soutien à la maison d’édition Txalaparta suite aux attaques contre « El manual del torturador español » et contre la liberté d’expression, décembre 2010

Paris, décembre 2010

C’est avec une vive inquiétude que l’Alliance internationale des éditeurs indépendants a pris connaissance de la censure récente d’un livre en Espagne, et des menaces proférées à l’encontre de la maison d’édition indépendante Txalaparta, membre du réseau hispanophone de l’Alliance.

Le livre en question, El manual del torturador español – Le manuel du tortureur espagnol – de Xabier MAKAZAGA dénonce les tortures pratiquées par les forces de l’ordre espagnoles. Le livre a été retiré d’une bibliothèque publique (celle de la mairie de Basauri), suite à la demande d’un parti politique et de certains journaux de Madrid de le retirer de toutes les bibliothèques l’ayant mis à disposition des lecteurs.
Les pratiques présentées dans cet ouvrage viennent cependant conforter des accusations déjà avancées dans des rapports d’Amnesty International et par le rapporteur de l’ONU sur les droits de l’Homme. La campagne à l’encontre de ce livre a déjà été dénoncée publiquement par les bibliothécaires de la fonction publique. Par ailleurs, l’Observatoire des droits de l’Homme du Pays Basque (Behatokia) a envoyé une lettre de protestation à Frank de la Rue, Rapporteur spécial sur le droit et la liberté d’opinion et d’expression, dépendant du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme, dont le siège est à Genève. En réaction à cet affront, l’auteur et les éditeurs ont décidé de proposer en libre accès l’ouvrage sur le site web de la maison d’édition.

L’Alliance internationale des éditeurs indépendants, dont un des objectifs est de défendre la liberté d’expression et de dénoncer toutes formes de censure, a également pour mission de réagir publiquement quand des attaques ou des infractions sont perpétrées – pour des raisons idéologiques – contre des maisons d’édition indépendantes, dont le travail consiste justement à encourager la divulgation des idées et à contribuer à forger l’identité des peuples et de leurs cultures.

Il suffit de parcourir le catalogue des éditions Txalaparta pour apprécier le vaste éventail d’œuvres littéraires et d’essais qui, tout en reflétant une ligne éditoriale propre, constituent un apport incontesté à la bibliodiversité.

C’est pourquoi, nous, éditeurs indépendants, lançons un appel aux autorités espagnoles à respecter le travail des maisons d’édition indépendantes et à encourager le respect des droits fondamentaux et de la démocratie.

Nous appelons également les éditeurs indépendants, les libraires, les bibliothécaires et les lecteurs à suivre attentivement le déroulement de cette affaire et à faire part de leur soutien à la maison d’édition Txalaparta editorial, afin que soit défendu et respecté le droit de recevoir une information véridique et plurielle.

Le réseau hispanophone de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants

Partager l'article

Rencontre partielle du réseau francophone de l’Alliance à Ouagadougou (Burkina Faso), décembre 2010

Pays de parution : Burkina Faso

Les éditeurs francophones réunis à Ouagadougou (Burkina Faso) dans le cadre de la rencontre sur l’édition numérique en Afrique de l’Ouest organisée par l’Alliance, ont profité de cette occasion pour faire un bilan des activités du réseau francophone en 2010, et pour amorcer les projets de l’année 2011.

Partager l'article

Les deux lauréats 2010 de la collection « Terres solidaires » !

Langue(s) : français

Ce lundi 6 décembre 2010, après plusieurs heures de débats en ligne entre les 9 membres du Comité de lecture de la collection « Terres solidaires », les lauréats 2010 de la collection ont été désignés !
La parution en Afrique de ces deux nouvelles coéditions solidaires est prévue en février 2011.

L’Alliance remercie chaleureusement les membres du Comité de lecture (voir liste ci-dessous) pour leur investissement, et leurs échanges passionnés !

  • Agnès ADJAHO (ex-gérante de la librairie Notre Dame, Bénin) ;
  • Élisabeth DALDOUL (éditions Elyzad, Tunisie) ;
  • Boubacar Boris DIOP (écrivain, Sénégal - Tunisie) ;
  • Emmanuel DONGALA (écrivain, Congo- États-Unis) ;
  • Mariame GBA (bibliothécaire, Côte d’Ivoire) ;
  • Sofiane HADJADJ (éditions Barzakh, Algérie) ;
  • Jean-Claude NABA (éditions Sankoka & Gurli, Burkina Faso) ;
  • François NKEME (éditions Ifrikiya, Cameroun) ;
  • le club de lecture du lycée de Oujda (Maroc).

Partager l'article

Dictionnaire de la narratologie

Auteur(s) : Mohamed EL KHADI ; Mohamed EL KHABOU ; Ahmed SMAOUI ; Mohamed Najib AMANI ; Ali ABID ; Noureddine BEN KHOUD ; Fathi NASRI ; Mohamed Ayet MIHOUB
Pays de parution : Algérie, Égypte, Liban, Maroc, Tunisie
Langue(s) : arabe
Prix : 30 000 TND

Le Dictionnaire de la narratologie est un ouvrage de référence, ayant pour objectif de faciliter la diffusion et la transmission des idées, par l’uniformisation des concepts entre lecteurs arabophones. Il permet d’affiner les définitions proposées dans différents essais critiques arabes dont l’appareil conceptuel puise directement dans les œuvres des théoriciens de la narratologie occidentale.
Le Dictionnaire se présente sous forme d’un glossaire des termes en usage dans l’analyse du récit. Il comporte aussi des termes relevant des champs d’étude de la narratologie traditionnelle et énonciative, des termes et des notions empruntées à la pragmatique et à l’analyse du discours.

Aux termes arabes ont été adjoints les correspondances en français et en anglais pour répondre aux besoins du lectorat aussi bien francophone (Maghreb) qu’anglophone (Moyen-Orient).

Le Dictionnaire de la narratologie est entre autres destiné aux étudiants et aux chercheurs, aux critiques littéraires et aux auteurs.

Date de publication : septembre 2010, 600 pages, 16,5 X 23,5 cm, 540 concepts présentés en français, en anglais et en arabe,
ISBN : 978-9973-33-294-3

Partager l'article

Rencontres sur l’édition numérique, Ouagadougou (Burkina Faso), 18 - 21 décembre 2010

Pays de parution : Burkina Faso

L’Alliance internationale des éditeurs indépendants organise du 18 au 21 décembre 2010 des rencontres sur l’édition numérique à Ouagadougou (Burkina Faso), en partenariat avec l’Organisation internationale de la Francophonie. Ces rencontres, qui réunissent 10 éditeurs d’Afrique de l’Ouest, de Suisse, du Québec et de France, sont à la fois une « immersion » dans le monde numérique et un partage d’expériences, respectueux des spécificités des participants. Pour élaborer le programme de nos rencontres, nous sommes partis des besoins et des attentes des éditeurs, permettant de construire des sessions de travail adaptées aux réalités de leur maison d’édition, et de leur pays.

Les participants étudieront tout autant la chaîne du livre numérique que les questions juridiques et économiques qui en découlent. Des ateliers pratiques leur permettront également de manier les supports numériques, et de s’essayer à la fabrication de fichiers numériques. La réussite d’une rencontre étant en partie liée au suivi, à l’« après rencontre », les participants auront à proposer – et à créer ensemble – des outils utiles à la poursuite de leurs échanges (partage d’expériences) et de leurs questionnements sur les coéditions solidaires numériques entre autres (plateforme participative sur Internet, blogs, etc.).

À la suite des rencontres sur le numérique, une journée sera dédiée aux activités du réseau francophone de l’Alliance. Les éditeurs profiteront enfin de leur séjour au Burkina Faso pour rencontrer les professionnels du livre locaux, entre autres lors de la Foire internationale du livre de Ouagadougou (FILO).

Si vous souhaitez lire le compte-rendu des rencontres numériques de Ouagadougou, contactez-nous ! Ce compte-rendu est par ailleurs disponible pour les membres de l’Alliance dans la partie privée du Laboratoire numérique de l’Alliance.

Le compte-rendu de la rencontre partielle du réseau francophone de l’Alliance à Ouagadougou (décembre 2010) est en ligne : cliquez ici pour y accéder.

Partager l'article

Rencontre du réseau anglophone de l’Alliance à Paris, 13 - 15 octobre 2010

Pays de parution : France
Langue(s) : anglais

La prochaine rencontre du réseau anglophone de l’Alliance se tient à Paris du 13 au 15 octobre 2010. Des réunions sur les projets en cours et à venir du réseau sont au programme (traductions, coéditions, foires du livre, etc.) ; les sept éditeurs présents (Spinifex en Australie, Jacana Media en Afrique du Sud, The New Press aux États-Unis, Tulika et Women Unlimited en Inde et Zed Books au Royaume-Uni) profiteront par ailleurs de leur venue sur Paris pour rencontrer des éditeurs français (Actes Sud, La Fabrique...).

Partager l'article

Rencontre des coordinateurs des réseaux linguistiques de l’Alliance, Paris, 11 - 12 octobre 2010

Pays de parution : France

La rencontre des cinq coordinateurs des réseaux linguistiques de l’Alliance - un des rendez-vous annuel de la gouvernance de l’association - aura lieu les lundi 11 et mardi 12 octobre 2010 à Paris. Deux journées d’échanges et de débats, dont nous vous invitons à découvrir le programme ci-joint.

Coordinateurs des réseaux linguistiques présents à Paris les 11 et 12 octobre :

*Nouri Abid, Tunisie (éditions Med Ali), coordinateur du réseau arabophone ;

*Serge D. Kouam, Cameroun (Presses universitaires d’Afrique), coordinateur du réseau francophone ;

*Marc Favreau, États-Unis (The New Press), coordinateur du réseau anglophone ;

*Araken Gomes Ribeiro, Brésil (éditions Contra Capa), coordinateur du réseau lusophone ;

*Guido Indij, Argentine (éditions la marca), coordinateur du réseau hispanophone.

Partager l'article

1 | ... | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | ... | 34

Gouvernance

Jérôme CHEVRIER, membre du Bureau

Jérôme Chevrier travaille depuis 20 ans dans le secteur du livre et de la lecture. Bibliothécaire, il a travaillé à la Bibliothèque nationale de France, au ministère de la Culture, au Centre national du livre, à l’Institut français d’Afrique du Sud. Il est actuellement chargé de médiation culturelle à la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou. Il a rejoint le Bureau de l’Alliance en juillet 2021.

Partager l'article

Mariette ROBBES, membre du Bureau

Mariette Robbes est spécialisée dans l’animation de réseaux, la communication et la gestion de projets dans le secteur associatif et culturel. Elle a notamment travaillé au sein des éditions Katha (Inde), à l’AILF (Association internationale des libraires francophones) et à l’International Youth Library (Allemagne).
Sa passion grandissante pour les tiers-lieux et les nouveaux modes de travail et de création (fablabs, coworking, ateliers partagés etc.) la conduit à explorer de nouveaux horizons. Elle travaille désormais en tant que chargée de développement & animation de réseau chez myCowork à Paris.
Passionnée par l’édition pour la jeunesse en Inde, elle est également membre associée du projet universitaire DELI, (Dictionnaire encyclopédique des littératures de l’Inde). Par ailleurs, Mariette développe des projets en freelance : appui à la recherche de financements, graphisme et mise en page.

Partager l'article

Michel SAUQUET, membre de l’Assemblée générale

Michel Sauquet a travaillé pendant 40 ans dans le secteur de la coopération internationale, basé soit en France soit dans des pays du Sud comme l’Éthiopie ou le Brésil, dans le cadre d’ONG (Gret, Inades), du Bureau international du travail et de la Fondation Charles Léopold Mayer. Il est Maître de conférences à Sciences Po Paris, et intervient régulièrement à l’ENA, aux Langues O, à l’École Centrale et à l’université Paris-Dauphine. Il a présidé l’Alliance internationale des éditeurs indépendants de 2002 à 2006, et est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages de fiction et de sciences humaines.

Partager l'article

Annie GOGAT, membre de l’Assemblée générale

Annie Gogat travaille pour la Fondation Charles Léopold Mayer en tant que Responsable de la comptabilité. Passionnée par les questions d’intégration, impliquée dans la vie scolaire de son quartier, elle se trouve naturellement en position de médiation dans de nombreux contextes. Après avoir vécu des années à Villeneuve-la-Garenne, elle réside actuellement à Bouffémont (région parisienne). Elle a été la trésorière de l’Alliance entre 2002 et 2020.

Partager l'article

Hélène KLOECKNER, membre de l’Assemblée générale

Hélène Kloeckner est référente égalité femmes-hommes et responsable de la communication interne à Sciences Po. Auteure d’une enquête sur le livre scolaire en Afrique francophone subsaharienne, parue dans la revue Africultures en 2003, elle a travaillé pendant douze ans dans l’édition, et collaboré aux Nouvelles éditions africaines du Sénégal, à Dakar. Bénévole de l’Alliance depuis 2004, elle a plus particulièrement suivi les coéditions panafricaines de la collection « Terres solidaires ». Elle a été la présidente de l’Alliance entre 2013 et 2020.

Partager l'article

Gérard AIMÉ, membre de l’Assemblée générale

Né en 1946, diplômé du Centre de Formation des Journalistes, DES de sociologie politique, Gérard Aimé débute comme journaliste et photo-reporter au Canada. Co-fondateur des éditions Alternatives, co-auteur des premières publications, il va diriger cette maison d’édition pendant 35 ans, jusqu’à son rachat par les éditions Gallimard. Il est aujourd’hui conseiller auprès de différentes maisons d’édition. Gérard Aimé a été membre du Bureau de l’Alliance entre 2011 et 2016.

Partager l'article

Marie HATET, membre de l’Assemblée générale

Marie Hatet travaille depuis quinze ans dans les secteurs de l’éducation et de la culture. En charge actuellement d’un projet d’éducation artistique et culturelle sur le site de la Villette à Paris, elle est également membre du comité de lecture de l’association Tatoulu (littérature pour la jeunesse), et membre fondatrice de l’association Les Fondeurs de Roue. Elle a rejoint le Bureau de l’Alliance entre 2014 et 2016 et est maintenant membre de l’Assemblée générale de l’association.

Partager l'article

Traductrices et traducteurs

L’Alliance collabore régulièrement avec des traducteurs et traductrices (newsletters mensuelles, documents de communication, de gouvernance, etc.), et tout particulièrement avec :

Nathalie COOREN (pour la langue espagnole)
JPEG - 36.3 ko

Nathalie Cooren a suivi une formation juridique (maîtrise de droit avec une spécialisation en droit européen et international) et en sciences sociales (master en sociologie des conflits). Après avoir longtemps travaillé dans le domaine des relations internationales où la traduction faisait partie intégrante de son quotidien, elle a décidé d’en faire son métier à temps plein.
Plusieurs années passées à l’étranger, en Amérique latine notamment, l’ont également très tôt sensibilisée à l’importance des langues et à la diversité des cultures. Elle traduit de l’espagnol et de l’anglais vers le français, aussi bien des documents dans les domaines juridique, institutionnel, politique, environnemental, touristique, marketing et bien entendu, éditorial, que des ouvrages (voir notamment « Guide du municipalisme : pour une ville citoyenne apaisée, ouverte »).

Danielle CHARONNET (pour la langue espagnole)
JPEG - 35.3 ko

Rachel MATTEAU MATSHA (pour la langue anglaise)
JPEG - 31.7 ko

Rachel Matteau Matsha est maître de conférences à l’Université de technologie de Durban (Afrique du Sud). Ses recherches portent sur l’histoire du livre, la sociologie de la littérature, les études sur l’océan Indien et les études postcoloniales. Née au Québec (Canada), elle est titulaire d’une licence en études littéraires de l’Université du Québec à Montréal, ainsi que d’une maîtrise et d’un doctorat en littérature africaine de l’Université de Witwatersrand à Johannesburg (Afrique du Sud). Elle est l’autrice de Real and Imagined Readers. Reading, publishing and censorship under apartheid (UKZN Press, paru en 2018). Elle collabore avec l’Alliance internationale des éditeurs indépendants depuis 2013.

Partager l'article

Bénévoles

Des bénévoles viennent ponctuellement appuyer l’équipe permanente de l’Alliance pour la mise en œuvre du programme d’actions de l’association : nous les remercions infiniment pour leur implication et leur engagement à nos côtés !

Céline ANFOSSI
Céline Anfossi est spécialisée dans la gestion de projets et l’accompagnement. Elle a travaillé dans le secteur du livre, principalement dans l’accompagnement des professionnels (Alliance internationale des éditeurs indépendants, Fill-Fédération interrégionale du livre et de la lecture). Elle continue aujourd’hui d’explorer ces questions, à travers différents types de projets et de publics (femmes en recherche d’emploi, étudiants) et s’intéresse notamment à la thématique de l’insertion professionnelle.

Djamilatou DIALLO
JPEG - 6.5 ko
Née à Tahiti, de parents franco-guinéens, Djamilatou a poursuivi ses études à Paris en Lettres et en Histoire (mémoire de Master d’Histoire antique : « Patrons de cités en Afrique romaine du IIIe au Ve siècle : étude épigraphique »).
À long terme, Djamilatou aimerait se spécialiser dans la protection et la valorisation du patrimoine en travaillant pour différents organismes culturels ici ou ailleurs.
Suite à un stage de 5 mois au sein de l’Alliance (réalisation de la WomenList et de la HotList 2018 présentées à la Foire de Francfort et étude sur le marché du manuel scolaire en Afrique francophone), Djamilatou fait aujourd’hui partie des bénévoles de l’association.

Partager l'article

Le Comité international des éditeurs indépendants (CIEI)

Le CIEI se compose des coordinateurs/trices et vice-coordinateurs/trices des réseaux linguistiques de l’Alliance – les coordinateurs et vice-coordinateurs sont désignés par les membres des réseaux linguistiques. Depuis 2011, le CIEI est un organe indispensable dans la gouvernance de l’Alliance, représentant la voix de l’Assemblée des alliés. Le CIEI se réunit physiquement une fois par an en présence des membres du Bureau et de l’équipe de l’Alliance. L’ordre du jour est construit à partir des nécessités et des objectifs de l’Alliance, prenant avant tout en compte les besoins et les attentes exprimés par les alliés.

Composition du CIEI :

  • Coordinatrice du réseau anglophone : Colleen Higgs, Afrique du Sud (Modjaji Books)
  • Vice-coordinateur du réseau anglophone : Ronny Agustinus, Indonésie (Marjin Kiri)
  • Coordinatrice du réseau francophone : Élisabeth Daldoul, Tunisie (elyzad)
  • Vice-coordinateurs du réseau francophone : Paulin Assem, Togo (AGO Média) et Jean-Claude Naba, Burkina Faso (Sankofa & Gurli)
  • Coordinateur du réseau hispanophone : Paulo Slachevsky, Chili (Lom Ediciones)
  • Coordinateurs du réseau persanophone : Tinouche Nazmjou, France/Iran (Naakojaa) et Anahita Mehdipour, Allemagne/Iran (Forough Verlag)

Partager l'article

1 | 2 | 3

{#ENV{titre},#SELF,sujet}